LES SUBSTANCES ENTRAÎNANT LA RUPTURE DU JEUNE DANS LE DOMAINE DE LA MÉDICATION

Au nom d’Allah, le Tout Miséricordieux, le Très Miséricordieux

Louanges à Allah, Seigneur des Mondes.

Que les éloges, et le Salut soient sur notre Maître Mohamed, Ultime Messager, sur les Siens et sur Ses Compagnons.

RÉSOLUTION N°93 (1/10)

LES SUBSTANCES ENTRAÎNANT LA RUPTURE DU JEUNE

DANS LE DOMAINE DE LA MÉDICATION

Le Conseil de l’Académie Internationale du Fiqh Islamique, réuni en sa dixième session, à Jeddah (Royaume d’Arabie Saoudite) du 23 au 28 Safar 1418 H (28 juin – 3 juillet 1997) :

Ayant pris connaissance des recherches faites au sujet des « substances entraînant la rupture du jeûne dans le domaine de la médication » et des recommandations émanant du 9e séminaire de la médecine à la lumière du Fiqh organisé par l’Organisation Islamique des Sciences Médicales, en collaboration avec l’Académie et d’autres institutions, à Casablanca (Royaume du Maroc) du 9 au 12 Safar 1418 H (14 au 17 juin 1997),

Ayant écouté les débats qui se sont déroulés à ce sujet avec la participation de spécialistes du Fiqh et de médecins,

et ayant examiné les textes du Noble Livre et de la Sunna et les avis des Fuqahas :

DÉCIDE CE QUI SUIT :

Premièrement : N’entraînent pas la rupture du jeûne :

  1. Les gouttes dans les yeux ou les oreilles, le lavage auriculaire, ainsi que les gouttes et pulvérisations nasales à condition de ne pas avaler ce qui atteint la gorge.
  2. Les comprimés placés sous la langue pour soigner une angine de poitrine ou toute autre maladie, à condition de ne pas avaler ce qui atteint la gorge.
  3. Tout ce qui est introduit dans le vagin, qu’il s’agisse de suppositoires vaginaux, solutions de lavement, de sondes ou d’auscultation par toucher vaginal.
  4. L’introduction dans l’utérus d’un urétroscope, d’un stérilet ou de tout autre instrument similaire.
  5. Tout ce qui est introduit dans l’urètre (canaux urinaires) de l’homme ou de la femme: sonde urinaire, urétroscope, substances radio-opaques, médicaments, solutions pour le lavement de la vessie.
  6. L’obturation ou l’extraction dentaire, le nettoyage des dents, l’utilisation du Siwak ou d’une brosse à dents, à condition de ne pas avaler ce qui atteint la gorge.
  7. Le bain de bouche, le gargarisme, les pulvérisations buccales, à condition de ne pas avaler ce qui atteint la gorge.
  8. Les injections sous-cutanées, intramusculaires ou intraveineuses, à l’exception des sérums et des perfusions nutritifs.
  9. L’oxygène.
  10. L’anesthésie par vaporisateur, à condition de ne pas administrer au malade de liquides nutritifs.
  11. Tout ce qui pénètre dans le corps par absorption cutanée, qu’il s’agisse de crèmes, de pommades ou de patchs cutanés contenant des produits médicamenteux ou chimiques.
  12. -L’introduction d’une sonde dans les artères pour l’examen des vaisseaux du cœur ou d’autres organes.
  13. – L’introduction d’une sonde par la paroi abdominale (laparoscopie) pour examiner les intestins ou procéder à une opération chirurgicale.
  14. La biopsie du foie ou d’autres organes sans administration de solutions.
  15. L’introduction d’une sonde dans l’estomac (gastroscopie) sans administration de solutions.
  16. L’introduction de tout instrument ou produit thérapeutique dans le cerveau ou la moelle osseuse.
  17. Le vomissement involontaire, contrairement au vomissement provoqué.

Deuxièmement :

Le médecin musulman se doit de recommander à son malade de reporter les différentes formes de traitement précitées qui peuvent être reportées sans porter préjudice jusqu’après la rupture du jeûne,

Troisièmement :

Différer les décisions concernant les cas suivants pour de plus amples études et recherches pour connaître leurs effets sur le jeûne, tout en se concentrant sur les textes évoquant leurs jugements dans la Tradition du Prophète et les paroles de ses Compagnons :

  1. Les inhalateurs utilisés pour l’asthme et l’inhalation de vapeurs médicamenteuses.
  2. La phlébotomie et la Hijama (Cupping).
  3. Le prélèvement d’échantillons sanguins aux fins d’analyse, le don de sang et la transfusion sanguine.
  4. Les injections utilisées pour soigner l’insuffisance rénale et qui sont injectées dans le péritoine ou le rein artificiel.
  5. Tout ce qui est introduit dans l’anus : injection rectale, suppositoires, sondes ou la pratique du toucher rectal pour examen médical.
  6. Les opérations chirurgicales sous anesthésie générale lorsque le malade a émis avant l’aube l’intention d’observer le Jeûne et ne s’est fait administrer aucune solution nutritive.

Allah est Plus Savant
Aller en haut