Le Secrétaire général de l’AIFI participe au lancement du rapport annuel de l’action caritative islamique pour l’année 2022 du HCR
23 mars، 2022

Le Haut-Commissariat des Nations Unies pour les réfugiés (HCR), en coopération avec le Comité national indonésien pour l’économie et le financement islamiques à Jakarta, a organisé le mercredi 20 Cha’ban 1443 correspondant au 23 mars 2022, un réunion-débat en ligne, afin de lancer le rapport annuel du HCR sur le travail caritatif islamique et son rôle dans l’atténuation des souffrances des réfugiés et des personnes déplacées afin de poursuivre l’appel aux philanthropes pour qu’ils prennent soin de ce segment de la société en profitant des outils de financement social islamique représentés dans la zakat , aumônes et dons, qui jouent un rôle important dans la satisfaction des besoins des réfugiés et des personnes déplacées à l’époque actuelle.

Dans une intervention de S.E. Prof. Koutoub Moustapha Sano, le Secrétaire Général de l’Académie internationale du Fiqh islamique (AIFI), depuis sa résidence à Islamabad, République Islamique du Pakistan, il a souligné l’importance de traiter la question des réfugiés et des personnes déplacées comme une question humanitaire en premier lieu, et par conséquent, elle transcende les religions et les croyances, ainsi que les considérations sociales et économiques, ce qui en fait une grande attention et un grand soin très appréciés et recommandés, d’autant plus que la question de l’asile et du déplacement est directement liées à la question des buts suprêmes de la Charia que les religions divines appelaient à leur préservation et les considéraient parmi les intérêts nécessaires qui doivent être protégés et préservés de tout vice. Le but de l’auto-préservation est le premier de ces buts et le premier des intérêts nécessaires, car de ce but découle le devoir de préserver la dignité humaine des réfugiés et des personnes déplacées, en leur permettant d’obtenir une vie sainte qui leur convienne , et fournir des soins de santé appropriés et des infrastructures pour eux, leurs enfants et leurs conjoints, tels que des écoles, des cliniques, des puits, etc.

Son Excellence a expliqué à cette occasion que l’Académie avait précédemment publié sa résolution historique n° 165, dans laquelle elle déclarait explicitement qu’il est permis par la Charia de dépenser des fonds de la zakat, des aumônes et des dons pour répondre aux besoins des réfugiés et des personnes déplacées, comme cela correspond aux descriptions fixes des huit cas qui méritent la zakat. Ce sont les pauvres, les nécessiteux, ceux qui perçoivent et distribuent la zakat, les nouveaux convertis à l’islam, les esclaves, les débiteurs, qui sontsur la voie de Dieu et les voyageurs. En conséquence, les réfugiés et les personnes déplacées relèvent des catégories des pauvres, des nécessiteux, des débiteurs, des voyageurs et des nouveaux convertis à l’islam. Par conséquent, il est permis dans la charia de les aider à partir des fonds de la zakat, tout comme il est permis de les aider à partir d’autres fonds de dons et d’aumônes tels que les testaments, les dotations, les pénitences et les vœux pour soulager leurs souffrances et en solidarité avec eux dans leur malheur et leurs conditions difficiles.

A la fin de l’événement, Son Excellence a répondu aux questions qui lui ont été posées, soulignant la fierté de l’Académie dans son partenariat avec le HCR afin d’apporter un soutien chariatiaque et intellectuel à toutes les activités et programmes du HCR visant à collecter des dons et l’aumône pour le Fonds Zakat pour les réfugiés et les personnes déplacées.

Aller en haut