DÉCLARATION À LA SUITE DES ÉVÈNEMENTS EN PALESTINE ET EN D’AUTRES LIEUX
27 décembre، 2001
 | 

Au nom d’Allah, le Tout Miséricordieux, le Très Miséricordieux

Louanges à Allah, Seigneur des Mondes. Que les éloges et le salut soient

Sur notre Maître Mohamed, Ultime Messager, sur les siens et sur ses compagnons

RÉSOLUTION N° 125 (7/13)

DÉCLARATION

À LA SUITE DES ÉVÈNEMENTS

EN PALESTINE ET EN D’AUTRES LIEUX.

Le Conseil de l’Académie internationale du Fiqh Islamique (de l’Organisation de la Conférence Islamique), réuni en sa treizième session dans l’État du Koweït, du 7 au 12 Chawwal 1422 H (22-27 décembre 2001) ;

Suit de près l’état de la communauté musulmane, sa situation et celle du monde contemporain ; et constate les velléités bellicistes et agressives dirigées contre l’Islam et les Musulmans, dans le dessein de :

  • Déformer l’image de l’Islam en attaquant la foi des musulmans et en semant le doute sur les prescriptions de la Charia ;

  • Profaner ce qui est sacré pour les Musulmans, occuper leurs territoires, faire couler leur sang, s’emparer des richesses de leurs pays et saper leurs économies ;

Les jurisconsultes (fouqaha) de l’Académie internationale du Fiqh Islamique ont le devoir religieux d’exposer aux musulmans les jugements de la Charia liés à leur situation et de ne pas cacher les vérités dont ils ont connaissance et qu’ils ont l’obligation de divulguer, car Allah Le Très-Haut a enjoint à ceux qui détiennent le savoir de dire la vérité et leur a interdit de la taire, en menaçant quiconque tenterait de se soustraire à cette obligation : « Qui donc est plus injuste que celui qui cache un témoignage qu’il détient d’Allah ? Allah n’est pas indifférent à ce que vous faites ». (Al-Baqarah: 140).

Les savants israélites d’autrefois furent justement maudits et exclus de la Grâce divine pour avoir dissimulé ce qui leur avait été enseigné. Allah Le Très-Haut nous dit : « Ceux qui cachent les Preuves et la Direction que Nous avons fait descendre après que nous ayons montré aux Hommes ce qui est dans Le Livre, ceux-là Allah les maudit ainsi que les maudissent ceux qui les maudissent » (Al-Baqarah (La Vache) : 159). Le précepte contenu dans ce verset a un caractère général et s’applique à quiconque dissimule le savoir qu’il a le devoir de propager. Le Prophète, qu’Allah le couvre de Ses éloges, a dit : « Celui qui cache un savoir qu’il possède se présentera au Jour du Jugement Dernier portant une bride de feu » (rapporté par Ibn Mâjah par le biais d’une chaîne de transmetteurs authentiques). De même, il est interdit de retarder la divulgation du savoir lorsque le besoin s’en fait sentir.

Au nombre des questions impérieuses qui concernent la Oummah et qui nécessitent une mise au point et une clarification, la question palestinienne et d’autres événements similaires qui ont pour théâtre un certain nombre de contrées islamiques s’imposent d’emblée.

LE CONSEIL DE L’ACADÉMIE DÉCLARE CE QUI SUIT :

Premièrement : La terre de Palestine est la patrie de la Mosquée Al-Aqsa, première des Deux Qiblas et troisième et dernière mosquée vers laquelle les musulmans sont invités à se rendre pour y accomplir la prière. C’est en ces lieux que s’est effectué l’Ascension (al Mi’raj) du Prophète, qu’Allah le couvre de Ses éloges. Cette terre est celle des Prophètes et revient de droit aux Musulmans. Ce droit implique le devoir pour chaque Musulman d’apporter toutes formes de soutien dont il est capable, car en dépit de la défection des défaitistes et de ceux qui abdiquent avant d’obtenir justice, ceux dont les revendications sont légitimes obtiendront toujours raison contre ceux qui servent et soutiennent la cause de l’oppresseur.

Les jurisconsultes (Fouqaha) de la Oummah ont unanimement proclamé qu’il est interdit de tolérer l’occupation d’une quelconque portion des territoires des Musulmans, car cela reviendrait à accepter l’injustice commise par l’usurpateur et à lui permettre de persister dans sa transgression. L’islam impose aux victimes d’agressions de résister et de combattre leurs agresseurs et leurs occupants jusqu’à ce que, humiliés, ils capitulent et soient forcés d’abandonner leurs terres.

Deuxièmement : Il est donc du devoir des gouvernements et des peuples musulmans de déployer tous les efforts nécessaires pour récupérer la terre musulmane de Palestine afin de la restituer à ses propriétaires légitimes et de préserver la Mosquée d’Al-Aqsa des méfaits des profanateurs juifs qui ont toujours nourri de la haine et de l’hostilité à l’égard de l’Islam et des Musulmans depuis les prémices de la propagation de cette religion. Ils continuent aujourd’hui de comploter contre les Musulmans puisqu’ils sont maintenant devenus plus forts et plus arrogants.

Troisièmement : Il est obligatoire, pour tous les Musulmans de soutenir de leurs personnes et leurs biens le peuple palestinien, chacun dans la mesure de ses moyens, afin de l’aider à défendre sa patrie spoliée et ce qu’il a de sacré et résister à la tyrannie sioniste qui cautionne l’effusion du sang, le meurtre des innocents, y compris les femmes et les enfants, et la démolition des habitations en mobilisant à cette fin ses arsenaux de guerre les plus meurtriers tels que missiles et chars d’assaut, hélicoptères et avions de chasse, sans parler de la véritable guerre économique décrétée contre les Palestiniens avec le saccage des terres arables, l’arrachage des arbres qui s’y trouvent et l’embargo sur le ravitaillement à destination des territoires palestiniens assiégés.

Soutenir le peuple palestinien est le devoir de la Oummah tout entière, aussi bien les gouvernements que les peuples musulmans. En effet, les musulmans ne font qu’un. L’asile du plus modeste d’entre eux s’applique à tous les autres. Ils sont soudés contre leurs ennemis et se soutiennent les uns les autres comme les pierres d’un édifice.

Quatrièmement : Il est également du devoir des gouvernements des pays musulmans de déployer tous les efforts possibles, par le biais des organisations internationales et de leurs relations politiques et économiques, pour mettre fin aux soutiens extérieurs politiques et militaires dont bénéficie l’ennemi.

Cinquièmement : Le peuple palestinien a le droit d’établir son État indépendant sur la totalité de ses territoires et avec pour capitale la ville d’Al-Qods. Il a également le droit de se défendre et de combattre l’ennemi par tous les moyens de résistance légitime. C’est un grand honneur et un bienfait incommensurable pour tout Musulman de mourir en martyr pour la cause d’Allah Le Très-Haut.

En conclusion, l’Académie aimerait à cet égard faire les recommandations ci-après à la Oummah, gouvernements et peuples :

Premièrement : L’attachement à la foi et à la loi musulmanes

La cause sous-jacente des difficultés internes et externes, des crises et des guerres qui secouent aujourd’hui le monde musulman réside dans l’éloignement des Musulmans de leur foi et de la Charia qui constituent le Message et le rappel divins. Allah ne nous dit-Il pas : « Quiconque se sera écarté de mon Message aura, en vérité, une vie malheureuse » (TA-HA : 124). Cet acharnement à vouloir tenir la Charia à l’écart ne fait que creuser encore plus le fossé entre les gouvernements et leurs peuples, alimenter les interprétations erronées et encourager les dérives individuelles et collectives sur le plan idéologique et moral.

L’Académie réitère l’appel lancé, lors de sa 7e session, aux gouvernements des pays musulmans, pour défendre et renforcer les principes de la foi islamique, de la purger et de la débarrasser des impuretés pour la faire régner dans sa forme la plus pure. L’Académie tient également à mettre ces gouvernants en garde contre tout acte de nature à saper le dogme islamique et ses fondements, à briser l’unité des Musulmans et à ouvrir la voie à la discorde et à la zizanie.

L’Académie réaffirme le contenu de cette recommandation en appelant les gouvernements des pays musulmans à « veiller à l’application de la Charia et à en faire leur référence de leurs relations politiques internes et externes ».

Deuxièmement : Soutien à la cause des Musulmans

Les Musulmans, partout où ils se trouvent, ne forment qu’une seule et même Nation, unis par leur foi monothéiste, par la Charia et leur convergence vers une seule et même Direction, celle de la Qibla, lors de leurs prières. Comme l’a dit le Prophète, qu’Allah le couvre de Ses éloges, : ils sont pareils à un seul corps : quand un membre est affecté, c’est tout le corps qui souffre. Aussi, est-il du devoir de chaque Musulman de soutenir les autres Musulmans, où qu’ils puissent se trouver, quand ils sont agressés, quand leur terre est spoliée ou quand quelque autre calamité vient à s’abattre sur eux. Allah nous dit : « Les croyants, hommes et femmes, sont amis les uns des autres ; ils se recommandent mutuellement le bien et s’interdisent mutuellement le mal » (Al-Tawbah (Le Repentir) : 71). Le Prophète, qu’Allah le couvre de Ses éloges, a également dit : « un Musulman est le frère d’un autre Musulman ; jamais il ne l’opprime ni ne le livre (à l’ennemi). Quand un Musulman pourvoit aux besoins de son frère, Allah pourvoira à ses propres besoins. Celui qui soulage le mal d’un Musulman verra Allah le soulager de son mal le jour du Jugement Dernier » (Muslim : 1830).

Le soutien à la cause des Musulmans peut prendre la forme d’un soutien physique, financier, moral, politique ou autre, selon les possibilités et les moyens de chacun et au gré de la situation et des circonstances.

L’Académie réaffirme également sa recommandation faite lors de la 7e session « exhortant les pays arabes et musulmans à soutenir les Musulmans victimes de la persécution aux quatre coins de la planète, et à user de tous les moyens possibles pour défendre leurs causes et repousser les attaques dont ils sont l’objet ».

Troisièmement : L’interdiction des agressions en Islam

L’Islam proscrit formellement l’agression injustifiée, comme le fait de terroriser les populations pacifiques et les innocents et tous ceux dont le sang est supposé être préservé par les Musulmans. Toute agression de ce type participe du terrorisme, pratique prohibée en Islam.

Fourbir ses armes et mobiliser ses forces pour terrifier l’ennemi sont certes une exigence de la Charia comme la Parole Divine nous le commande expressément : « Préparez, contre eux ce que vous pouvez de forces et de chevaux pour jeter l’effroi dans (le cœur de) l’ennemi d’Allah et votre ennemi ainsi que d’autres, en dehors d’eux, que vous ne connaissez pas et qu’Allah connaît » (Al-Anfal : 60).

Une personne qui résiste par tous les moyens en sa possession et de toutes ses forces à ceux qui ont usurpé sa terre et occupé sa patrie, ne fait qu’accomplir son devoir et remplir une mission légitime. Ce constat vaut pour la résistance opposée par le peuple palestinien aux occupants sionistes qui ont usurpé sa terre et font fi de tous ses droits.

À cet égard, il est navrant de constater que certaines grandes puissances recourent sans vergogne à la politique des deux poids, deux mesures dans l’affaire palestinienne et considèrent le propriétaire légitime de la terre, qui défend sa vie, son honneur et ses biens, comme un terroriste, alors que l’envahisseur qui viole tous les droits humains, se sert des armes les plus meurtrières pour faire couler le sang et persiste à faire fi de toutes les conventions et de toutes les normes du Droit international, est complaisamment présenté comme un innocent acculé à lutter pour sa survie et à son corps défendant.

De même, l’une des pires formes d’injustice et de terrorisme est de vouloir coûte que coûte accoler l’étiquette du terrorisme à l’Islam, qui est la religion de la modération et du juste milieu. Une autre forme d’injustice consiste également à harceler certaines organisations caritatives et de Da’wa, ainsi que d’autres institutions financières islamiques en les accusant de terrorisme, sans apporter la moindre preuve à l’appui de ces allégations.

Quatrièmement : L’éthique islamique

Le monde a besoin aujourd’hui, et plus que jamais, de l’éthique islamique en temps de paix et de guerre, afin de faire régner la justice, indispensable à l’existence de la terre et des cieux, et de bannir l’injustice, l’arrogance et la corruption qui se répandent hélas ! à travers le globe. En fait, la véritable cause sous-jacente aux révoltes et aux séditions n’est autre que la division du monde en classes et la mainmise des pays nantis sur les ressources, leur hégémonie et leur appropriation du Savoir qu’Allah Le Très-Haut a ordonné d’acquérir dans Son Livre Saint et qu’Il a envoyé Ses Messagers pour le promouvoir parmi tous les êtres humains afin de faire régner la justice et l’équité : « Nous avons certes envoyé Nos Apôtres avec les Preuves, et fait descendre avec eux, l’Écriture et la Balance, afin que les Hommes pratiquent l’équité » (Al-Hadid : 25).

Cinquièmement : L’Académie rend hommage discours exhaustif et important de S. E. le Secrétaire Général de l’Organisation de la Conférence Islamique, qui a été prononcé en son nom par le Secrétaire Général adjoint pour les Affaires politiques et les Minorités musulmanes, et dans lequel il a déclaré en substance : « La session de votre auguste assemblée intervient à un moment extrêmement délicat et sensible où les menaces contre notre existence ont atteint un niveau sans précédent… L’agression dont nous sommes aujourd’hui l’objet met en péril notre devenir et nous place dans une situation des plus désespérées. C’est pourquoi nous nous devons tous, états et peuples, de serrer les rangs et de faire bloc pour défendre nos Lieux Saints et notre patrimoine religieux et culturel.

Vous pouvez aisément voir l’arrogance et l’impudence de l’ennemi sioniste, voir aussi jusqu’à quelle extrémité son hystérie belliciste a entraîné cet ennemi dont la folie meurtrière a mené toute la région au bord de l’implosion en poursuivant sa guerre génocidaire contre le vaillant peuple palestinien, fort dans son arrogance égoïste, du soutien militaire, économique et politique inconditionnel que lui apportent des sources extérieures.

En plus de la Palestine, une guerre féroce aux objectifs des plus flous a été déclenchée sur le territoire d’un autre pays musulman sinistré qu’est l’Afghanistan, une guerre qui a fait d’innombrables victimes parmi des vieillards, des femmes et des enfants qui n’ont pourtant commis aucun crime ni délit.

Par conséquent, la sauvegarde de l’identité musulmane contre les facteurs exogènes nés dans la tourmente de l’actualité politique internationale s’inscrit-elle au cœur de votre mission de réflexion scientifique, qui joue un rôle capital dans la formation de l’opinion publique, l’enracinement de la pensée et l’approfondissement du sentiment d’appartenance à la civilisation musulmane authentique qu’il est impossible de faire disparaitre, quelle que soit la violence de l’agression.

C’est dire que le fait de prodiguer à la société musulmane les conseils éclairés dont elle a besoin revêt une importance primordiale qui transcende toutes les autres causes, car c’est le devenir même de la Oummah qui est en jeu. C’est pourquoi cette question mérite qu’on lui accorde toute l’importance requise pour en faire une œuvre de civilisation rigoureuse et fructueuse qui jettera les bases du réveil des musulmans ».

Allah est Garant du succès

Lire aussi

Derniers nouvelles

Aller en haut