L’AIFI présente son Plan stratégique à la 50ème Session du Comité financier permanent de l’OCI
20 janvier، 2022

Le Comité financier permanent de l’Organisation de la Coopération islamique (OCI) a tenu sa cinquantième session pour examiner le projet de budget de l’OCI et de ses organes subsidiaires, durant la période du 15 au 17 Joumada Al-Akhira 1443 correspondant au 18 au 20 janvier 2022, au siège de l’OCI à Djeddah.

Les représentants de 42 États membres et les représentants du Secrétariat général et des organes subsidiaires ont participé à la réunion. Le représentant de la République du Niger a ouvert la session et a transmis la présidence à S.E. l’Ambassadeur Rizwan Sheikh, représentant permanent de la République islamique du Pakistan, en sa qualité de chef de la délégation de la République islamique du Pakistan pour diriger les travaux de la cinquantième session du Comité financier. En outre, le Comité du Bureau a été élu et, par la suite, le Comité financier permanent a approuvé la République islamique du Pakistan comme Président, l’État de Palestine, la République du Yémen et la République du Cameroun comme Vice-Présidents, et les Émirats arabes unis comme Rapporteur.

S.E. M. Hussein Ibrahim Taha, Secrétaire Général de l’OCI, a prononcé un discours à cette occasion dans lequel il a loué les efforts déployés par les distingués délégués pour assurer le bon fonctionnement et l’application des règlements financiers ainsi que pour améliorer l’efficacité financière de l’OCI en général. Ce discours a été suivi par celui du Président du Comité, qui a présenté un bref résumé du rapport financier pour les années 2019-2020 et les notes et recommandations qui y sont incluses.

Ensuite, les représentants des organes subsidiaires ont présenté les projets de budget de leurs organes, et les représentants des pays ont fait leurs observations et commentaires. Leurs positions ont varié entre les partisans d’une augmentation des budgets de certains organes et les opposants à l’augmentation pour tous les organes sur la base de l’interprétation par chaque direction de la décision du Conseil des ministres des affaires étrangères, qui stipulait de ne pas l’augmenter sauf en cas de nécessité. Au milieu de ce débat long et animé, S.E. Prof. Koutoub Sano, Secrétaire général de l’Académie, a présenté le projet de budget de l’Académie internationale du Fiqh islamique dans les trois langues officielles, se concentrant dans sa présentation sur la mise en évidence de l’importance du rôle de l’Académie et ses efforts appréciés depuis sa création jusqu’à aujourd’hui dans la clarification des résolutions juridiques sur les questions et les problèmes qui concernent les musulmans, louant ses efforts distingués dans la présentation de la Charia d’une manière modérée, soulignant ses avantages et sa capacité à assurer le bonheur, la sécurité et la stabilité des peuples des deux mondes. Son Excellence a également noté le grand rôle que joue le Conseil dans la promotion de la modération, de la tolérance et de coexistence, et le rejet du fanatisme, de l’extrémisme, et du terrorisme. Il a expliqué qu’il y a un besoin urgent, sinon plus qu’un besoin, qui nécessite l’approbation du projet d’augmenter le budget de l’Académie pour lui permettre de mener à bien sa mission principale de lutte contre l’idéologie extrémiste, de répondre aux appels aux fatwas de toute la Oumma, et d’apporter des solutions efficaces aux problèmes contemporains.

Son Excellence a également présenté le plan stratégique quinquennal de l’Académie avec ses indicateurs et ses objectifs, ainsi que les activités qu’elle a menées. Cette présentation remarquable a brièvement inclus des activités importantes qui attendent l’Académie et qui servent les problèmes et les préoccupations des États membres de l’OCI et traitent un certain nombre de questions intellectuelles, sociales et d’éducation selon une approche scientifique bien établi. Son Excellence a conclu en présentant un résumé ciblé du premier plan stratégique de l’Académie qui comprend une définition claire de sa vision, un contrôle serré de sa mission et un détail complet de ses activités, programmes, projets et initiatives liés à des indicateurs de performance mesurables et évaluables.

En outre, la présentation de Son Excellence a été bien accueillie par les représentants des États membres de l’OCI, qui ont loué les efforts efficaces de Son Excellence pour faire avancer l’Académie en renforçant sa performance depuis qu’il a pris les fonctions du Secrétariat général il y a quinze mois. Son Excellence a appelé un certain nombre de représentants de pays à l’approbation du projet de budget, et d’autres se sont opposés à toute augmentation du budget du Secrétariat Général de l’OCI et de tous ses organes, y compris l’AIFI.

Après avoir écouté les différentes interventions de l’OCI et de ses organes subsidiaires, le Comité a décidé que le budget devait rester tel qu’il était les années précédentes sans aucune augmentation, y compris le budget de l’Académie. La commission a également demandé au Secrétariat général et à ses organes subsidiaires de rationaliser leurs dépenses et les a exhortés à être efficaces en termes de réduction des coûts dans leurs opérations financières et administratives, notamment en réduisant les frais de voyage, de transport et de représentation. La commission a également exhorté le Secrétariat général de l’OCI et ses organes subsidiaires à mettre en œuvre les meilleures pratiques en matière de transparence et de rationalisation des dépenses et à s’efforcer de donner suite aux observations contenues dans le rapport de l’Autorité de contrôle financier.

Le comité a également recommandé de ne pas accorder d’augmentation des budgets du Secrétariat général de l’OCI et de ses organes subsidiaires pour l’exercice 2023, sauf en cas de nécessité urgente.

Il convient de noter que le Secrétariat général de l’OCI devrait s’efforcer de définir ce que signifie « sauf en cas de nécessité urgente » dans l’arrêté ministériel qui stipule de ne pas augmenter le budget du Secrétariat général et de ses organes pour les exercices 2022 et 2023, car il existe une grande ambiguïté parmi les représentants de nombreux pays sur ce que signifie cette limitation. Par conséquent il y a une grande divergence entre les positions, et un conflit encore plus grand entre les commentaires et les réactions. L’Académie éprouve de la joie et du bonheur à saisir l’occasion de présenter son plan stratégique de manière systématique et approfondie, et d’informer les représentants des pays de ses plans futurs, des développements et des changements qualitatifs dont elle est témoin; grâce à Allah le Tout Puissant.

Lire aussi

Derniers nouvelles

Aller en haut