Le Secrétaire général de l’AIFI participe à une table ronde sur l’OCI à travers les décennies : défis et opportunités
17 mars، 2022

S.E. Prof. Koutoub Moustapha Sano, Secrétaire Général de l’Académie Internationale du Fiqh Islamique (AIFI) a participé le 14 Chabane 1443, correspondant au 17 mars 2022, à un webinaire de table ronde sur : « L’OCI à travers les décennies : Défis et opportunités à venir ». La table ronde a été organisée conjointement par l’Institut d’études stratégiques d’Islamabad, Pakistan et le Middle East Monitor de Londres.

Dans son introduction, Mme Amina Khan, directrice du Centre pour l’Afghanistan, le Moyen-Orient et l’Afrique (CAMEA) à l’Institut d’études stratégiques (ISSI) d’Islamabad, a souhaité la bienvenue aux participants et aux intervenants et a souligné le rôle important de l’Organisation de la coopération islamique (OCI) dans la promotion des intérêts économiques, culturels et politiques des musulmans du monde entier. Elle a souligné que le Pakistan, en tant qu’État membre fondateur de l’OCI, a joué un rôle de premier plan dans les institutions de l’OCI, ce qui lui a permis de renforcer les intérêts de l’OCI et des musulmans du monde entier. L’une de ces réalisations a été la reconnaissance de l’islamophobie et la déclaration par l’ONU du 15 mars comme Journée internationale de lutte contre l’islamophobie. Cette initiative pakistanaise a été soutenue par les États membres de l’OCI et les pays épris d’harmonie, de tolérance, de paix et de coexistence.

Dans son discours d’ouverture, l’Ambassadeur Aiazaz Ahmad Chaudhry, directeur général de l’Institut d’études stratégiques d’Islamabad, a remercié les intervenants d’avoir rejoint la table ronde depuis différentes régions du monde et a particulièrement remercié le représentant permanent du Pakistan auprès de l’OCI, l’ambassadeur Rizwan Saeed Sheikh, d’avoir présenté ces éminentes personnalités et intellectuels. Il a réitéré l’engagement du Pakistan envers l’OCI, en particulier en ce qui concerne la situation critique des Palestiniens, qui a été la principale cause de la création de l’OCI parmi d’autres causes préoccupant les musulmans du monde entier. Il a également salué le grand rôle joué par l’OCI dans le traitement des causes islamiques depuis sa création.

Quant au Dr Daoud Abdullah du Middle East Monitor, il a souligné les grandes capacités de l’OCI en tant que deuxième plus grande organisation intergouvernementale après les Nations Unies. Il a fait allusion aux nouvelles réalités qui se dessinent dans le sillage de la pandémie de coronavirus et des conséquences de la crise ukrainienne, ainsi qu’à l’émergence de nouvelles alliances qui obligeront l’OCI à se restructurer pour faire face aux nouveaux défis et saisir les nouvelles opportunités. Il est donc nécessaire de dialoguer et de s’engager avec les organisations de la société civile.

Le Ministre pakistanais des Affaires étrangères, S.E. M. Shah Mahmoud Qureshi, dans un discours enregistré, a souligné l’importance primordiale de l’OCI en termes de défense des droits et des intérêts des musulmans dans différentes parties du monde par le dialogue et les moyens pacifiques. Il a particulièrement salué les efforts de l’OCI dans la lutte contre l’extrémisme et le dénigrement de l’Islam. Il a conclu en disant : « L’accueil par le Pakistan du 48ème Conseil des ministres des affaires étrangères de l’OCI, qui coïncide avec le 75ème anniversaire de la fondation du Pakistan, est une indication de l’engagement du Pakistan envers la vision et la mission de l’OCI à tous les niveaux pour réaliser la solidarité musulmane ».

Dans son discours, S.E. Prof. Koutoub Moustapha Sano, Secrétaire général de l’AIFI, a souligné le rôle important que l’OCI a joué pour les causes musulmanes. Il a exprimé sa gratitude aux organisateurs de la table ronde et au gouvernement du Pakistan pour cette réunion opportune qui précédera la 48ème CFM de l’OCI au Pakistan, qui articulera des visions, des suggestions et des initiatives pour la prochaine réunion ministérielle. Il a mentionné que « la voix collective de l’OCI est une grande source d’inspiration et d’espoir pour plus de deux milliards de musulmans dans le monde et que le potentiel de l’OCI ne peut être sous-estimé ainsi que sa capacité à défendre les droits et les causes des musulmans dans le monde. » Il a ajouté que les organes affiliés et spécialisés de l’OCI devraient jouer un rôle important dans le traitement des causes de la Oumma, notamment avec le soutien politique des dirigeants musulmans, en appui aux efforts globaux de l’OCI dans les domaines culturel, scientifique, social et intellectuel. Son Excellence a affirmé la nécessité de saisir les opportunités pour transformer l’OCI en une organisation populaire avec une solidarité concrète entre les musulmans.

Son Excellence a dument déclaré : « Je rêve qu’un jour il y ait une monnaie unique pour les États membres de l’OCI et un passeport commun pour la libre circulation entre eux. Je rêve qu’un jour l’extrême pauvreté et l’ignorance disparaissent au sein de ces pays grâce à la solidarité étroite entre les pays riches et les pays moins développés, en tirant le meilleur parti du commerce bilatéral, en partageant les expériences réussies en matière de lutte contre la pauvreté et l’analphabétisme et en allant de l’avant dans la défense des droits et des intérêts des musulmans vivant en dehors du monde musulman ».

S.E. Prof. Koutoub Sano a conclu en réitérant l’importance intellectuelle, scientifique et pratique du hadith du Prophète (PSSL) qui dit « Musulmans à travers leur bonté, leur affection et leur attachement réciproque, constituent un seul corps, quand l’un des membres souffre, il transmet sa fièvre et son insomnie à tout son corps » Ceci, note-t-il, représente le fondement d’un mode de vie et l’enracinement de la nature des relations qui doivent prévaloir entre les peuples et les pays de la Oumma. C’est l’unité dans la diversité, la diversité dans l’unité, la solidarité, la coopération, le soutien et la synergie, c’est l’intégration, la communication et la coordination.

En conclusion, l’Ambassadeur Rizwan Saeed Sheikh, représentant permanent du Pakistan auprès de l’OCI, a parlé du rôle de l’OCI dans la promotion de l’unité et de la coopération entre ses États membres. En fait, il a mentionné que le thème choisi pour la 48ème CFM au Pakistan est « Partenariat pour l’unité, la justice et le développement », afin de souligner l’importance et la nécessité d’unifier la voix de la Oumma, de réaliser la justice et le développement dans tous les États membres de l’OCI. Il a conclu en saluant le grand rôle joué en particulier par l’Académie et le Groupe de la Banque islamique de développement dans la réalisation de la vision de l’OCI.

Ont participé à cet webinar, Mme Sarah Amjad Hussein, directrice des affaires familiales et féminines de l’Académie, Dr Alhagi Manta Drammeh, chef de la coopération internationale et des affaires extérieures.

Lire aussi

Derniers nouvelles

Aller en haut