Une Délégation internationale d’Érudits musulmans s’entretient avec les religieux afghans à Kaboul
28 juin، 2022

Suite à la décision du Conseil des ministres des Affaires étrangères des États membres de l’Organisation de la Coopération islamique (OCI) lors de sa dernière session extraordinaire en décembre 2021 à Islamabad, en République islamique du Pakistan, une délégation d’érudits musulmans dirigée par S.E. Prof. Koutoub Moustapha Sano, Secrétaire général de l’Académie internationale du Fiqh islamique (AIFI), a tenu, le mercredi 23 Dhul Al-Qui’da 1443 correspondant au 22 juin 2022, une réunion consultative avec d’influents érudits afghans au siège du ministère des Affaires étrangères dans la capitale afghane, Kaboul, en présence de S.E. Maulvi Muttaqi Amir Khan, ministre des Affaires étrangères du pouvoir en place en Afghanistan.

Le ministre des Affaires étrangères a souhaité la bienvenue à la délégation d’érudits et à l’envoyé spécial de l’OCI en Afghanistan, ainsi qu’au directeur général du bureau de l’OCI à Kaboul, et les a remerciés pour la visite de la délégation à Kaboul, notant que cette délégation est la plus importante à se rendre à Kaboul depuis l’arrivée au pouvoir des talibans il y a dix mois. Il a salué les efforts de l’OCI en général et de l’Académie en particulier pour aider l’Afghanistan à surmonter cette étape difficile de son histoire, que ce soit en lui apportant un soutien matériel ou moral. Cette visite est également une confirmation de la grande attention et du grand intérêt des Etats membres de l’OCI pour la question afghane. Son Excellence a ensuite précisé que l’autorité actuelle en Afghanistan a besoin d’un certain temps pour renforcer la sécurité et la stabilité dans tout le pays, et pour répondre aux besoins nécessaires du peuple afghan en termes de nourriture, de médicaments, d’infrastructures, d’opportunités d’emploi, et de lutte contre la pauvreté et la misère.

Par conséquent, Son Excellence lance un appel à la délégation d’honorables savants pour qu’ils agissent en tant que médiateurs auprès de leurs pays respectifs afin d’accélérer la reconnaissance de l’autorité au pouvoir en Afghanistan en tant que seule autorité légitime représentant le peuple afghan et en tant que seule autorité capable, pour la première fois, d’imposer son contrôle sur l’ensemble du territoire afghan sans exception, puisque tous les gouvernorats du pays (35 au total) sont aujourd’hui sous l’autorité de l’Émirat islamique. Son Excellence lance également un appel aux savants de la Oumma pour qu’ils agissent en tant que médiateurs auprès de leurs pays afin d’aider à libérer les avoirs de l’Afghanistan détenus illégalement par certains pays.

Puis, S.E. Prof. Koutoub Sano, chef de la délégation, a ouvert son discours en exprimant les grands remerciements et la reconnaissance de la délégation à l’autorité actuelle pour l’hospitalité, la bonne réception et l’accueil chaleureux que la délégation a reçu. Son Excellence a également exprimé la grande gratitude de l’Académie pour la révérence et le respect que l’autorité actuelle accorde aux érudits, confirmant ainsi les traditions afghanes connues de glorification de la science et des érudits, et de vénération des saints et des anciens. Son Excellence a ensuite donné un aperçu sur l’Académie, de sa vision, de sa mission, de ses objectifs et de ses membres, soulignant que « cette délégation représente les savants de confiance de la Oumma dans les États membres de l’OCI, et ils portent avec eux un message d’affection, Cette visite en Afghanistan s’inscrit dans le cadre de l’accomplissement de leur devoir d’éclaircir les questions et de donner des conseils aux dirigeants musulmans et aux musulmans ordinaires, conformément à la parole du Prophète, PSSL : « La religion, c’est le bon conseil « an-naçiha » Nous dîmes : « Envers qui ? » Il dit : « Envers Dieu, Son Livre, Son Messager, les dirigeants des musulmans et l’ensemble de la communauté musulmane » (rapporté par Mouslim).

Les conseils qu’ils donnent à leurs honorables confrères s’articulent autour d’un certain nombre de questions et de sujets qui ont été récemment soulevés à propos de questions et d’interrogations qui méritent un dialogue et une discussion à leur sujet, notamment la question de l’éducation des filles, la question du travail des femmes et la question de la tolérance et de la coexistence. » En ce qui concerne la question de l’éducation des filles, Son Excellence a déclaré : « Il y a un consensus parmi les savants de l’Oumma qu’il est obligatoire de rechercher la connaissance pour les deux sexes, masculin et féminin, et il y a un consensus que la quête du savoir est l’un des devoirs les plus emphatiques et la plus grande offrande. La preuve de cette obligation est contenue dans les plis de nombreux textes de Charia dans le Saint Coran et l’honorable Sounna qui n’ont jamais fait de différence entre les sexes, et interdisent aux savants de faire des différences entre eux comme le savent nos distingués savants en Afghanistan. En conséquence, la délégation de savants est venue débattre avec leurs frères sur la manière de mettre en œuvre ce commandement divin clair, notamment en ce qui concerne l’éducation des filles afghanes, en supprimant tous les obstacles qui l’empêchent, afin d’éviter de tomber dans l’interdit de provoquer le non-respect du commandement d’Allah, qui stipule que les hommes et les femmes, les garçons et les filles doivent rechercher la connaissance. »

En ce qui concerne la question de la participation des femmes afghanes aux efforts de construction et de progrès conformément aux directives de la charia, Son Excellence s’est adressée aux savants afghans en disant : » Vous, nos cheikhs et professeurs, savez très bien que le travail dans notre religion est un devoir que Dieu a imposé à toute personne capable et adulte, où elle est récompensée pour son action et punie pour l’avoir quittée sans excuse. Il n’y a aucune différence entre lui et les autres devoirs imposés par la charia tels que la prière, la zakat, le jeûne, le pèlerinage, la droiture et la rectitude, tout comme il n’y a aucune différence dans son obligation entre un homme et une femme comme le stipulent de nombreux textes du Noble Coran, de l’honorable Sounna et du consensus de la Oumma, comme le dit le Plus Haut :

(Et dis: «Œuvrez, car Allah va voir votre œuvre, de même que Son messager et les croyants…») et (Quiconque, mâle ou femelle, fait une bonne œuvre tout en étant croyant, Nous lui ferons vivre une bonne vie. Et Nous les récompenserons, certes, en fonction des meilleures de leurs actions.) ainsi d’autres versets. Par conséquent, les savants de la Oumma espèrent que les savants d’Afghanistan joueront le rôle important dans la correction des idées fausses sur ce sujet, en particulier celles qui contredisent les textes et ne font pas la distinction entre les textes spécifiques aux épouses du Prophète et les textes généraux qui stipulent l’obligation de travailler sur les deux sexes. Les savants de la Oumma espèrent des savants d’Afghanistan qu’ils poursuivent leurs efforts pour promouvoir la prise de conscience de l’importance de la participation des hommes et des femmes aux efforts de développement et de progrès dans l’Emirat islamique conformément au commandement d’Allah Le Plus Haut. Quant à la question de la tolérance, de la coexistence et de l’harmonie entre les composantes du peuple afghan, entre leurs ethnies et sectes, Son Excellence en a exprimé l’importance en disant : « Vous, nos grands savants, êtes d’accord avec moi qu’il s’agit d’un principe islamique éternel et d’une approche prophétique de la gouvernance. L’engagement de l’Émirat islamique dans cette approche prophétique assurera la stabilité et une large participation de tous les segments de la société afghane à la construction de la nation, qui va vous remercier pour vos efforts exceptionnels pour soutenir cette tendance avec l’autorité au pouvoir. » Son Excellence a conclu son discours en renouvelant ses remerciements et son appréciation aux érudits pour leur bonne écoute de ses conseils, ainsi qu’aux conseils de chaque membre de la délégation d’érudits.

Par ailleurs, S.E. Cheikh Maulvi Muhammad Ismail, le chef des savants influents d’Afghanistan, a souhaité à son tour la bienvenue à la délégation de savants musulmans, les remerciant pour les difficultés qu’ils ont eues à se rendre en Afghanistan après que le peuple afghan ait réussi à retrouver son indépendance après quatre décennies de guerres qui ont tout détruit. Son Éminence a ensuite donné un aperçu ciblé de ce que le peuple afghan a subi pendant quatre décennies d’insultes et d’humiliations qui ont appauvri le peuple, rendu les femmes veuves, les enfants orphelins et ont eu un impact profond sur les traditions et les coutumes afghanes, notant à cet égard que l’Émirat islamique a besoin d’un temps considérable pour réparer ce qui a été gâché par des années de guerres et d’occupation étrangère. Il a ajouté « par conséquent, les savants de l’Émirat islamique d’Afghanistan espèrent de leurs confrères du monde musulman qu’ils comprennent ces conditions difficiles que traverse l’Émirat depuis qu’Allah lui a permis d’étendre son influence sur tous les territoires afghans ».

En ce qui concerne les sujets et les questions abordés par le chef de la délégation, Son Éminence a affirmé que ces questions et ces sujets, notamment l’éducation des filles, sont considérés par l’Émirat islamique comme l’une des priorités les plus importantes de l’Émirat, qui croit pleinement au droit des deux sexes à l’éducation. Cependant, il existe des obstacles et des conditions difficiles qui empêchent le retour de certaines filles à l’école. Une fois ces obstacles levés, elles seront autorisées à retourner à l’école. Son Éminence a ajouté également que l’autorité de l’Émirat islamique garantissait aux minorités leur droit de pratiquer leur foi librement et avec respect, et qu’elle incluait dans ses ministères et agences des représentants de différentes sectes et ethnies, cela est pour confirmer sa tolérance et son acceptation de la coexistence. Son Éminence a conclu en invitant un certain nombre de savants afghans de prendre parole pendant la réunion.

Puis, S.E. le ministre des Affaires étrangères a conclu la réunion en invitant la délégation de savants à se rendre en Afghanistan chaque fois que les circonstances le permettront afin de renseigner de la situation de leurs frères et de l’Émirat islamique, soulignant que l’Émirat bénéficiera des bons conseils délivrés par la délégation des érudits du monde musulman.

Aller en haut