Le Secrétaire général de l’AIFI participe au Grand Symposium du Hadj
5 juillet، 2022

S.E. Prof. Koutoub Moustapha Sano, Secrétaire Général de l’Académie internationale du Fiqh islamique (AIFI), a participé au Grand Symposium du Hadj dans sa 46ème édition à Makkah Al-Moukarrama, le 4-5 de Dhou Al-Hidja 1443 correspondant au 3- 4 juillet 2022, intitulé « Pèlerinage Post-Pandémie…Rites et Soins ». Le symposium a inclut des discussions, des recherches et des conférences, avec la participation d’un certain nombre de ministres, savants, juristes et penseurs du monde entier.

Le symposium a été inauguré par le Ministre saoudien du Hadj et de la Omra, Dr Tawfiq bin Fawzan Al-Rabiah, qui a prononcé le discours d’ouverture au cours de laquelle il a souhaité la bienvenue aux participants et au pélérins. La séance d’ouverture a vu la participation du Président des Affaires des Deux Saintes Mosquées S.E. Cheikh Dr. Abdul Rahman Al-Sudais, S.E. Dr. Muhammad Muslim Al-Khalayleh, le Ministre jordanien des Awqaf et des Affaires islamiques et des Lieux saints, S.E. Moufti Abdul Shakoor, ministre pakistanais des Affaires religieuses et de l’Harmonie interreligieuse, ainsi que S.E. le ministre des Affaires religieuses et des Awqaf de la République algérienne, M. Youssef bin Mahdi. La session a été modérée par S.E. Cheikh Dr. Saleh bin Humaid, Président de l’Académie internationale du Fiqh islamique, conseiller à la Cour royale et membre du Conseil des Grands Savants.

La première session principale de la deuxième journée du Grand Symposium du Hadj, intitulée : « Le système du Fiqh islamique et les calamités de l’époque« , a acceuilli le Secrétaire général de l’Académie, S.E. Prof. Koutoub Moustapha Sano, le Grand Mufti de la République arabe d’Égypte, Dr Shawki Allam, et le membre du Conseil des grands savants d’Arabie saoudite, Cheikh Dr Saad bin Nasser Al-Shathri. La session était modérée par le Secrétaire général du Conseil des Grand Savants, Dr Fahd bin Saeed Al-Majed.

Au début de son discours, le Secrétaire général de l’Académie a exprimé ses remerciements, son appréciation et sa gratitude aux dirigeants, au gouvernement et au peuple du Royaume d’Arabie saoudite pour les excellents services accessibles qu’ils fournissent aux musulmans du monde entier pour leur permettre d’effectuer le Hadj et la Omra dans les meilleures conditions. Son Excellence a également remercié le ministère du Hadj d’avoir organisé ce symposium spécialisé, d’avoir invité l’Académie à y participer et d’avoir bien choisi le thème.

Au cours de son intervention, Son Excellence a souligné que le système jurisprudentiel est conçu par l’ensemble de principes, de règles et d’objectifs que le moujtahid utilise pour clarifier les dispositions de la Charia dans les calamités et les problèmes de la vie contemporaine, et ce système comprend la somme des preuves de la charia du Coran, de la Sunna, du consensus, de l’analogie, des intérêts, de l’approbation et autres. Il comprend également ce qui est devenu connu comme les principales règles du Fiqh telles que la règle des choses avec leurs objectifs, la règle des nécessités permet les interdictions, la règle de ne pas nuire à l’une ou l’autre des parties, et d’autres. Ce système comprend également les objectifs des cinq nécessités de préserver l’âme, la religion, la progéniture, l’argent et l’esprit, en plus de cela, ce système comprend la prise en compte des conséquences des actes. Quant aux calamités, Son Excellence a précisé qu’il s’agissait de « problèmes et de questions qui n’ont pas de textes directs, et les prédécesseurs ne les ont pas traités parce qu’ils se sont produits après leur époque, ce qui ouvre la porte à un ijtihad renouvelé et large. En conséquence, le juriste doit s’appuyer sur ce système pour guider les calamités de l’époque, les corriger et les rationaliser, basé sur les principes d’inférence et de déduction, basé sur les règles du Fiqh, et sur les objectifs de la Charia, tout en prêtant attention aux conséquences des actes ».

Son Excellence a ajouté : « Compte tenu de la complication et de la complexité de la nature des calamités et de la prédominance du grand public, les savants devraient aborder l’ijtihad par le biais des académies et conseils de Fiqh, des organes juridiques et des conseils suprêmes, considérant que l’ijtihad dans les calamités et les problèmes publics doit être un ijtihad collectif, pas un ijtihad individuel, qui doit être entrepris par les conseils du Fiqh et les institutions officielles dans les États membres pour éviter les interprétations individuelles qui pourraient se tromper et causer de la confusion et des désaccords ». Son Excellence a indiqué que « la capacité du système Fiqh à diriger les calamités et les développements à chaque époque et à tout moment nécessite sa capacité à considérer trois choses, à savoir, suivre le rythme des calamités en les absorbant pleinement, prendre en compte le développement en utilisant tous les technologies disponibles et moyens modernes, et en tenant compte du réalisme à travers la sélection des règles de la Charia appropriées au temps et au lieu sur la base de la règle qui ne nie pas le changement de fatwa avec le changement de temps, de lieux, de conditions et de situations ».

Il convient de mentionner que le Grand Symposium du Hadj est l’un des événements scientifiques les plus importants organisés par le ministère du Hadj et de la Oumra chaque année depuis 1390 (1970), et vise à discuter des calamités et des problèmes liés au Hadj et au service des pèlerins.

Aller en haut