Dans son discours au Forum de la paix d’Abu Dhabi… Le secrétaire général de l’AIFI appelle les chefs religieux à répandre la modération et à promouvoir la tolérance dans les sociétés
9 novembre، 2022

Son Excellence Prof. Koutoub Moustapha Sano, Secrétaire Général de l’Académie Internationale du Fiqh Islamique (AIFI), a participé à la 9ème Assemblée du Forum d’Abu Dhabi pour la Paix, qui se tient cette année sous le titre « Conflit Globalisé et Paix Universelle : Revendications et partenariats », sous le patronage de Son Altesse Cheikh Abdullah bin Zayed Al Nahyan, Ministre des affaires étrangères et de la coopération internationale des Émirats arabes unis, présidé par Son Excellence Cheikh Abdullah bin Bayyah, Président du Conseil des Émirats pour les fatwas de la charia et Président du Forum d’Abu Dhabi pour la Paix, du 14 au 16 Rabi’ al-Thani 1444H correspondant au 8 au 10 novembre 2022G, dans la capitale des Emirats Arabes Unis Abu Dhabi.

La 9ème assemblée de cette année a réuni des délégations d’environ 60 pays, représentant tous les continents du monde, avec la participation de près de 500 participants, ainsi que 30 organisations internationales de premier plan dans le domaine de la promotion et du rétablissement de la paix, assistant à l’exposition Pacificateurs en marge du forum. Les participants se composent d’un large éventail de décideurs et de chefs religieux du monde entier, y compris des ministres, des représentants d’organisations des Nations Unies et d’organismes gouvernementaux, des intellectuels et des personnalités universitaires, des responsables d’institutions et d’organisations de la société civile travaillant dans le domaine de la paix et de tolérance. Le forum de cette année intervient dans une situation internationale qui accroît le niveau des défis auxquels l’humanité est confrontée, des défis de la crise sanitaire qui assombrit encore certaines parties du monde, aux défis de l’économie et de l’inflation dont sont témoins les marchés mondiaux, en passant par le défi de la sécurité et la menace de guerres et de tensions dans différentes régions du monde.

Son Excellence le Secrétaire général de l’Académie a participé à la première grande session de conférences lors de la journée d’ouverture de l’Assemblée, qui s’est tenue sous le titre « Le rôle des chefs religieux dans la réalisation de la paix mondiale« , avec la participation d’un groupe d’influenceurs de classe mondiale de Pays-Bas, des États-Unis d’Amérique, d’Allemagne, du Royaume-Uni et d’Irak. Dans son intervention, Son Excellence a exprimé ses remerciements et sa gratitude aux dirigeants et au peuple des Émirats arabes unis pour avoir accueilli le Forum d’Abou Dhabi pour la paix et pour le bon parrainage de cette institution, qui a fourni et continue de fournir davantage d’efforts, de visions et des idées pour promouvoir la paix dans le monde en général et dans les sociétés musulmanes en particulier. Il a également exprimé sa grande gratitude et sa grande appréciation à Son Eminence Cheikh Abdullah bin Bayyah, pour ses idées brillantes, sa vision sage et sa conscience de la source d’erreur et de l’incubateur d’erreur représenté par la pensée malade qui alimente le feu des conflits à travers le monde, sème les guerres entre adeptes des religions, et confisque les valeurs prônées par les religions, à savoir la paix, l’amour, la coopération, l’unité et la connaissance entre les peuples afin de rendre les gens heureux et d’accomplir le devoir de construction. Son Excellence a indiqué que faire face à ces circonstances exceptionnelles que traverse l’humanité exige que chacun de nous fasse ce qu’il peut pour éteindre les incendies et déclarer la guerre sur les guerres afin de parvenir à la paix et à la sécurité, et il a ajouté : » Le rôle souhaité des chefs religieux représentés par des imams, des prêtres, des moines, des rabbins et des responsables d’établissements d’enseignement, a un grand rôle car il est convenu que derrière chaque extrémisme se cache la pensée, et derrière chaque terrorisme se cache la pensée, plutôt derrière chaque radicalisme et fanatisme se cache la pensée, et la pensée est le motivateur, le guide et l’influenceur sur le comportement et la conduite. Par conséquent, les chefs religieux d’aujourd’hui doivent jouer leur rôle dans la lutte contre l’idéologie extrémiste et le rejet des discours de haine, d’exclusion et de mépris, et ils doivent se dresser comme une barrière impénétrable contre toute pensée ou opinion qui propage le fanatisme, l’extrémisme et le terrorisme. Ils doivent travailler ensemble pour promouvoir la prise de conscience de l’interdiction de l’agression contre les personnes, l’honneur et l’argent, et il n’y a aucune différence entre le fait que ce sang soit le sang d’un musulman ou le sang d’un non-musulman et que cet argent soit l’argent d’un musulman ou l’argent d’un non-musulman, et entre cet argent se trouve l’argent d’une personne ou l’argent d’un autre qu’un être humain. Et pour une raison connue de Dieu seul le Tout-Puissant, la supplication du prophète, que la prière et la paix de Dieu soient sur lui, dans le pèlerinage d’adieu a été adressée à tous les peuples quand il a dit : [Ô peuple, votre sang, votre honneur et votre argent est aussi sacré pour vous que le caractère sacré de ce jour qui est le vôtre en ce mois qui est le vôtre dans votre pays…] Nous devons tous, nous les chefs religieux de toutes les religions et croyances, travailler à consolider ce principe pour mettre la fin des effusions de sang, des atteintes à l’honneur et de l’extermination des richesses au nom des religions et des croyances, alors que les religions sont innocentes de tous ces crimes perpétrés en leur nom à tort. «

Afin de réaliser ce rôle attendu des chefs religieux, Son Excellence a souligné l’importance de réviser les programmes scolaires pour qu’ils deviennent des programmes qui diffusent les valeurs d’amour, de fraternité, de tolérance, d’harmonie et de paix, construisent des ponts et transcendent les vestiges de l’histoire afin de mettre fin aux querelles et aux combats. Son Excellence a également expliqué que les chefs religieux devraient sensibiliser le public et les fidèles au fait que la différence entre les êtres humains dans leurs religions et leurs croyances est une norme universelle et éternelle qui ne peut être supprimée à cause de la parole du Tout-Puissant : ((Si votre Seigneur l’avait ainsi voulu , Il aurait certainement fait de l’humanité une seule communauté de croyants, mais ils choisiront toujours de différer, sauf ceux qui ont été miséricordieux par ton Seigneur – et ainsi Il les a créés pour choisir librement)). Et pour Sa parole, ((Et l’un de Ses signes est la création des cieux et de la terre, et la diversité de vos langues et de vos couleurs. Sûrement en cela se trouvent des signes pour ceux qui ont une solide connaissance)). Ces textes signifient que le pluralisme et la diversité religieuse, ethnique et culturelle sont une norme divine qui ne peut être ignorée ou supprimée de l’existence, et donc la coopération, la coordination et la communication entre les chefs religieux sont nécessaires pour améliorer cette compréhension et la consolider dans les esprits et les actions.

Son Excellence a conclu en appelant à travailler dur pour transformer le principe de tolérance et de coexistence en un comportement pratique concret et une pratique quotidienne continue, et à la nécessité de l’adhésion aux religions comme facteur de discipline et d’illumination qui guide l’humanité vers des valeurs nobles et de principes communs nobles d’amour et de fraternité, considérant que la stabilité du monde ne passera que par la réalisation de ces valeurs et principes, car ils représentent le chemin du bien pour répandre la paix, la sécurité et la sûreté dans le monde entier.

Il convient de noter que le Forum s’emploie depuis son premier lancement en 2014 à diffuser les valeurs de paix et de tolérance en consolidant et en communiquant les concepts de paix aux sociétés humaines et en réfutant les allégations d’extrémisme, de haine et d’exclusion. Son assemblée annuelle est une plate-forme scientifique et un espace de connaissances dans lequel les responsables religieux et non religieux se rencontrent pour échanger des points de vue et des expériences et explorer des voies de coopération et de partenariat sur des questions liées à la promotion de la paix dans le monde.

Aller en haut