Le Président et le Secrétaire Général de l’AIFI Participent à la 35e Conférence des Musulmans Latino-Américains au Brésil
20 novembre، 2022

Son Excellence Cheikh Dr. Saleh bin Abdullah bin Humaid, membre du Conseil des Grands Savants, imam et Khatib de la Grande Mosquée de La Mecque, et Président de l’Académie Internationale du Fiqh Islamique (AIFI), et Son Excellence Prof. Koutoub Moustapha Sano, Secrétaire général de l’Académie, ont participé à la 35e Conférence internationale des musulmans d’Amérique latine et des Caraïbes sous le slogan « Musulmans d’Amérique latine face au phénomène de la haine« , qui s’est tenue du 24 au 26 Rabi` al-Thani 1444H, correspondant du 18 au 20 novembre 2022G, dans la capitale brésilienne, São Paulo.

La cérémonie d’ouverture de la conférence a commencé par le discours du Royaume d’Arabie Saoudite de Son Excellence le Ministre Sheikh Dr. Abdul Latif bin Abdulaziz Al Sheikh, prononcé en son nom par le Sous-Secrétaire du Ministère des Affaires Islamiques, Son Eminence Sheikh Awad bin Sabti Al -Anzi, puis le discours de Son Excellence le Représentant du Président de la République du Brésil, le Représentant Fédéral Luis Marinho, dans lequel il a indiqué que la communauté musulmane est l’une des communautés les plus intégrées dans la société, soulignant l’importance et la nécessité d’une telle conférence, et l’importance de la coopération pour rejeter la haine et instaurer la tolérance, remerciant l’Arabie saoudite pour son parrainage de cette conférence, puis le discours du président du Centre islamique de la Da’wah pour l’Amérique latine et les Caraïbes, le Dr Ahmed Ali Al-Saifi , sur les dangers de la propagation du phénomène de la haine et ses effets négatifs sur les musulmans latino-américains et le monde en général.

Ensuite, Son Excellence Cheikh Dr. Saleh bin Abdullah bin Humaid, président de l’Académie, a prononcé son discours dans lequel il a expliqué que les groupes cibles du discours de haine sont souvent les faibles ou les minorités, et qu’il est important de faire la différence entre la liberté d’opinion, qui est garanti à tous, et la liberté d’expression, qui doit être soumise à de nombreux contrôles, dont le plus important est le respect des droits d’autrui et la protection de la sécurité publique, et Son Excellence a souligné que le discours de haine est en totale contradiction avec la valeurs de tolérance et de coexistence entre tous les êtres humains.

La première session de la conférence a été présidée par Son Excellence Prof. Koutoub Moustapha Sano, Secrétaire Général de l’Académie, et a abordé le premier thème de la conférence sur « Le concept de la haine en Occident, son origine et son développement ». Dans son discours d’introduction à la session, Son Excellence a précisé que le phénomène de la haine sous toutes ses formes d’exclusion et racistes, qui classe les personnes selon leur religion, leur sexe ou leur couleur, est considéré comme l’un des phénomènes dangereux qui s’est développé et propagé dans le monde et ne s’est pas propagé ou intensifié pour une raison ou un motif, mais plutôt pour un ensemble de raisons et de motifs dans lesquels le droit est mêlé au mensonge, un mélange d’accumulations qui a conduit à la propagation de ce phénomène. Son Excellence a souligné que l’Islam était soucieux dès le début de rejeter la haine et de répandre une culture de tolérance et de fraternité, que ce soit entre les musulmans entre eux ou avec d’autres nations. La culture de l’amour et de l’affection s’est reflétée dans le comportement des musulmans et dans la participation des non-musulmans à embrasser cette religion, qui exhorte à la miséricorde même avec les ennemis. Par conséquent, en raison de la propagation de ce danger du phénomène de la haine et de ses effets négatifs sur les musulmans du monde entier, et de la nécessité d’y faire face en confrontant son origine, en développant des moyens avancés pour corriger les idées fausses et en s’efforçant avec tous les moyens intellectuels et pratiques disponibles pour découvrir les illusions et les idées fausses et les confronter par l’orientation, la sensibilisation, la clarification de la véritable image de l’islam et la démonstration de la modération de cette religion.

Et a participé à la session, qui a été présidée par Son Excellence le représentant religieux agréé de Dar Al-Fatwa au Brésil et en Amérique latine, Cheikh Ali Deeb Al-Khatib, qui a parlé du concept de haine du point de vue linguistique, charia et psychologique, tandis que l’imam de la mosquée de Bari au Brésil, Cheikh Rodrigo Rodrigo a parlé de la différence entre la haine, le dégoût et le racisme, et le conseiller et juge en chef adjoint de la Palestine, le Dr Khaled Baroud, a discuté des origines de la haine en Occident et son développement après les événements du 11 septembre. Ont également participé à la session le président du conseil d’administration de la Fondation du chemin du développement en Égypte, le Dr Salah El-Din El-Jaafrawi, et le directeur du Centre culturel arabo-latin en Équateur, le Dr Ahmed Abdo, qui a parlé du phénomène de l’islamophobie et de sa relation à la haine : l’Amérique latine comme modèle. La session s’est conclue en abordant le concept de haine en Occident : l’Equateur comme modèle, dans lequel le Dr Muhammad Anis a pris la parole.

La conférence se tient cette année sous les auspices du ministère des Affaires islamiques, de la Da’wah et de l’Orientation du Royaume d’Arabie saoudite, avec la participation de ministres, d’ambassadeurs et de délégations officielles de 30 pays, ainsi que de chercheurs et de spécialistes de 100 pays autour du monde. Dans sa session actuelle, la conférence aborde le thème : « Les musulmans d’Amérique latine face au phénomène de la haine« , et cherche à atteindre les objectifs pour lesquels elle a été organisée, représentés par l’identification du concept de haine des aspects linguistiques, charia et psychologiques, expliquer les causes de la haine, identifier les origines et le développement de la haine dans les sociétés occidentales, souligner la gravité du phénomène de la haine et son impact sur l’unité de la société et la paix sociale, identifier le rôle des autorités, organes, centres et institutions islamiques dans affronter le phénomène de la haine, et enfin contribuer au développement de quelques stratégies et programmes pour affronter le phénomène de la haine.

Il convient de noter que la conférence, qui est organisée par le Centre islamique de la Da’wah au Brésil en coopération avec le ministère de l’Arabie saoudite, se poursuivra pendant trois jours, au cours desquels les délégations participantes discuteront des moyens de lutter contre le phénomène de la haine et de prévenir ses effets dévastateurs sur les sociétés et les pays, et développer des stratégies et des mécanismes scientifiques et pratiques pour le contenir et éliminer ses causes, en corrigeant les idées fausses et en diffusant les vraies valeurs et principes de la religion islamique avec modération, et qui appelle à la fraternité, la tolérance et la coexistence entre tous les peuples du monde sans distinction ni discrimination.

Aller en haut