Le Secrétaire général de l’AIFI participe au Sommet du Forum Al-Baraka pour l’économie islamique à Londres
14 novembre، 2022

A l’aimable invitation de Son Excellence Dr. Yousef Al-Khalawi, Secrétaire Général du Forum Al-Baraka pour l’Economie Islamique, Son Excellence Prof. Koutoub Moustapha Sano, Secrétaire Général de l’Académie Internationale du Fiqh Islamique (AIFI), a participé au Sommet du Forum Al-Baraka pour l’économie islamique les samedi et dimanche 18 et 19 Rabi` al-Thani 1444H correspondant aux 12 et 13 novembre 2022G, dans la capitale britannique, Londres.

Son Excellence le professeur Koutoub Sano, lors de son discours d’ouverture au sommet, a abordé le sujet : « L’importance de l’application de l’esprit pour l’avancement de l’économie islamique contemporaine« , soulignant que « la vraie religion célèbre grandement l’esprit, car il est la source de la mission, la source de la pensée, la source de la créativité et de l’innovation, et la référence pour l’inspiration et l’orientation. La preuve du vif intérêt de la charia pour l’esprit réside dans le fait qu’elle a fait de la préservation de l’esprit l’un des cinq buts légitimes que les messages divins ont réunis pour appeler à la nécessité de le préserver et de le protéger du déséquilibre, car c’est un intérêt nécessaire sans lequel la vie ne peut être droite (qui sont : l’âme, la religion, l’honneur, la raison, l’argent). Par conséquent, utiliser l’esprit, le développer, l’apprivoiser et l’élever est un principe islamique qui ne devrait pas être contesté dans sa légitimité et sa nécessité. Au contraire, la compréhension des dispositions de la charia dans le Livre, la Sunna et les récits, tout cela dépend principalement de la nécessité d’appliquer l’esprit à la lecture, à la réflexion et à la contemplation ». Son Excellence a également précisé que » le bon esprit ne peut en aucune façon s’opposer au transfert correct du Livre et de la Sunna ou le rejeter de quelque manière que ce soit, ce qui signifie que ce qui est considéré comme un conflit entre le transfert et la raison n’est rien de plus qu’une contradiction entre une raison corrompue et un transfert sain d’une part, ou entre un transfert corrompu avec une bonne raison d’autre part. La corruption du transfert est évidente en ce qu’il s’agit d’un transfert faible ou fabriqué, comme c’est le cas dans le hadith faible ou fabriqué, les deux sont des transferts corrompus qui contredisent l’esprit droit ; Quant à la corruption de la raison, elle se manifeste par le fait que l’esprit n’adhère pas aux fondements et aux contrôles qui le guident lorsqu’il examine le transfert comme inférence ou déduction, et elle contredit les méthodes de pensée et d’analyse qui le conduisent à une bonne compréhension de ce que signifie le transfert correct.”

Sur cette base, Son Excellence a appelé les institutions et centres scientifiques et de recherche dans le monde en général et dans le monde musulman en particulier à «accorder plus d’attention et de soin à la pensée créative et critique par la mise en œuvre rationnelle et courageuse de la raison dans les textes d’une part et dans les faits et les développements d’autre part afin de susciter et de produire des idées scientifiques intégrées capables de faire progresser l’économie islamique de manière globale, et sa transformation en une économie humaine parallèle qui produit des connaissances économiques, dirige les calamités économiques et contribue à construire une économie humaine mondiale contemporaine et influente, loin de toutes les idées qui interdisent la mise en œuvre de l’esprit, et glorifient l’imitation, la répétition et la consommation. La mise en œuvre de l’esprit aujourd’hui afin de construire une pensée économique islamique créative qui produit des connaissances, et ne se contente pas de consommer, mais est créative dans l’apport de solutions et n’imite pas les solutions toutes faites existantes.» Son Excellence a conclu en disant que les responsables de l’économie islamique devraient fournir toutes les formes de soutien moral et matériel afin de promouvoir la pensée créative et d’encourager les chercheurs créatifs, et ne pas prêter attention aux appréhensions de ceux qui craignent l’utilisation de la raison, son emploi, et son développement afin qu’il joue son rôle désiré aux côtés de la révélation divine éternelle.

Ce sommet se tient à Londres, au Royaume-Uni, en raison des perspectives prometteuses dont jouit cette ville dans le domaine de la finance islamique, ce qui en a fait la destination du premier sommet mondial du Forum Al Baraka sur le continent européen, où le sommet axé sur la question de l’économie intelligente basée sur la connaissance, et le rôle de l’économie islamique dans le développement de la connaissance de l’individu et de la société et la nécessité d’institutions indépendantes, intelligentes et spécialisées dans l’économie islamique, en raison de l’importance d’une compréhension analytique de la finance islamique pour l’aider à croître et à prospérer à l’échelle mondiale, et la nécessité d’avoir des institutions intellectuelles qui sensibilisent le monde à l’économie islamique en général.

Il convient également de noter que le sommet du Forum Al Baraka de cette année se tient pour la première fois en Europe et a réuni une élite distinguée de pionniers économiques et intellectuels internationaux, d’influenceurs et d’acteurs aux niveaux politique, économique et social. Pendant deux jours de délibérations et de discussions, ils ont échangé des opinions et des idées sur tous les aspects de l’économie islamique et de la finance islamique et les moyens de les développer pour suivre le rythme des développements et des différents défis mondiaux et fournir des solutions financières alternatives et innovantes issues de la charia islamique.

Outre Son Excellence le Secrétaire général de l’Académie, le Forum a réuni Mme Sarah Amjad Badewi, Directrice du Département des affaires familiales et féminines de l’Académie, et le Dr AlHagi Manta Drammeh, Chef de la Division de la coopération internationale et des relations extérieures à l’Académie.

Aller en haut