L’AIFI et le Conseil suprême des musulmans d’Allemagne signent un protocole d’accord
17 novembre، 2022

Dans le cadre de l’effort de l’Académie internationale du Fiqh islamique (AIFI) pour établir des relations de partenariat stratégique avec des institutions et des centres islamiques distingués soucieux de permettre aux communautés musulmanes d’adhérer à l’approche de modération et de diffuser une culture de modération, de tolérance, de coexistence et d’harmonie parmi les adeptes des religions, et une volonté de permettre à ces institutions et centres de tirer le meilleur parti des résolutions et recommandations de l’Académie qui contiennent des solutions efficaces à de nombreux problèmes de la vie contemporaine et des questions émergentes, Son Excellence Prof. Koutoub Moustapha Sano, Le secrétaire général de l’Académie, et Son Excellence M. Abdul Samad Al Yazidi, secrétaire général du Conseil suprême des musulmans d’Allemagne, ont signé un mémorandum de coopération entre les deux institutions, le lundi 20 Rabi` al-Thani 1444H correspondant au 14 novembre 2022G à Francfort, République fédérale d’Allemagne.

Suite à la signature du mémorandum, Son Excellence a exprimé son grand plaisir à l’achèvement de cet accord et a déclaré : « Nous, à l’Académie, cherchons, par le biais de cet accord, à renforcer la coopération et la coordination avec le Conseil suprême des musulmans en Allemagne, dans l’appréciation et reconnaissance du rôle distingué que ce conseil joue dans l’orientation, la gestion et la rationalisation des musulmans en Allemagne, et réaffirmant notre volonté de fournir un soutien intellectuel et de la charia aux communautés musulmanes en dehors des États membres de l’Organisation de la coopération islamique (OCI) pour leur permettre de adhérer aux exigences de citoyenneté et de résidence tout en préservant leur identité musulmane, ainsi que les valeurs et principes de l’Islam. Nous espérons également que, grâce à ce mémorandum, nous serons en mesure de coopérer avec le Conseil dans le suivi des urgences, des problèmes et des questions émergentes du Fiqh avec le but de fournir des fatwas et des solutions appropriées à celles-ci, d’une manière qui réponde aux intérêts de ceux communautés et contribue à leur intégration dans leur pays. En outre, nous attendons avec intérêt de coopérer avec le Conseil pour organiser des cours de formation pour former et superviser les muftis, les imams et les prédicateurs au sein des communautés musulmanes en Europe, d’une manière qui contribue à la formation d’une nouvelle génération de chefs religieux capables de relever les défis de l’âge dans l’esprit tolérant de l’islam, et travaillant à promouvoir les valeurs de dialogue et de coexistence, et présentant la véritable image de l’islam afin de corriger les idées fausses sur l’islam et les musulmans. »

Pour sa part, Son Excellence le Secrétaire général du Conseil a déclaré : « Ce partenariat est considéré comme un bond en avant dans la stratégie du Conseil suprême des musulmans d’Allemagne visant à consolider ses relations avec les organisations musulmanes internationales, et il raccourcira sans aucun doute les longues distances pour le Conseil Suprême et son organe scientifique dans le domaine du Fiqh, qui à son tour contribuera efficacement à la mise en place d’une autorité religieuse importante pour les musulmans en Allemagne. Nous espérons également, par cet accord, réaliser un changement intellectuel et culturel au sein du communauté musulmane en Allemagne, en encourageant les citoyens ou résidents musulmans à respecter les exigences de citoyenneté et de résidence, et à travailler pour être de véritables partenaires au sein de l’État, et à contribuer efficacement et positivement à la construction et à l’avancement de leur société et de la civilisation humaine en général, et d’être un exemple de tolérance et de coexistence pacifique entre les religions et les races. »

La cérémonie de signature du protocole d’accord comprenait des discours de bienvenue de M. Ayman Mazyak, président du Conseil suprême des musulmans d’Allemagne, M. Daniel Holitingen, commissaire du Conseil de l’Europe chargé de la lutte contre l’antisémitisme et l’islamophobie, et M. Nadim Suleimanovich, directeur adjoint du Département des religions et de la politique étrangère au ministère des Affaires étrangères d’Allemagne, M. Ayoub Köhler, porte-parole officiel du Conseil de coordination des musulmans en Allemagne, et le pasteur Tharwat Qadis, président du Forum abrahamique au Moyen-Orient et Afrique du Nord, et membre de l’Église évangélique en Allemagne.

Il convient également de noter que la cérémonie de signature comprenait également une conférence sur « Le concept de citoyenneté et la question de l’identité » donnée par Son Excellence le Secrétaire général de l’Académie à l’auditoire, dans laquelle il a abordé les points et questions les plus importants soulevés par les musulmans des sociétés occidentales en particulier, rappelant que les droits et devoirs de citoyenneté ne sont pas en conflit avec l’identité religieuse de l’individu, au contraire, ils sont en intégration et solidarité permanentes, et que les musulmans d’Allemagne et d’Europe en général doivent contribuer et participer activement au processus de construction et de développement civilisationnelle de leurs sociétés pour être un élément d’enrichissement positif et de diversité qui profite à leurs sociétés et aux pays dans lesquels ils choisissent de vivre. La cérémonie s’est conclue par un discours du cheikh Al-Baqali Al-Khammar, membre du Conseil européen des savants marocains et président de l’Association des imams des Pays-Bas.

La cérémonie de signature s’est déroulée en présence des représentants du Conseil d’Administration du Conseil Suprême, et du Secrétaire Général de l’Académie Internationale du Fiqh Islamique, Pr. Koutoub Moustapha Sano, accompagné du Dr. Alhagi Manta Drammeh, Chef de Division de la Coopération Internationale et des Relations Extérieures, et Mme Sarah Amjad Bedawi, directrice du Département des affaires familiales et féminines, ainsi qu’un groupe d’érudits, d’imams, de personnalités religieuses et politiques, de fonctionnaires et de militants de la société civile.

Aller en haut